lespacearcenciel.com

lespacearcenciel.com changer de vie grâce à Internet :-)

Le Futur est Ici : Argent Internet

Entries Comments



Les Français et l’Argent

23 août, 2012 (21:04) | Abondance :-) | By: lespacearcenciel

Les Français et l’argent !

Les Français et l'argent !

Nous commencerons cet article par cette excellente petite vidéo, (ci-dessous !) trouvée par hasard, en faisant quelques recherches sur Internet ! Comme vous allez vite vous en apercevoir, les vieux clichés ou : « idées reçues » ont la vie dure ! (Voir les données historiques ci-dessous)

Pour info : Cette vidéo a été vue ici

Et oui, contrairement à ce qui se passe dans les autres pays industrialisés avec Internet (YouTube) où dans le marketing de réseau, le fait de gagner de l’argent est assez mal vu ! Ces préjugés sévissent dans toutes les couches de la société, y compris sur le web. Il n’y a qu’à voir la place que réserve l’annuaire Yahoo au MLM aux USA, et de constater que cette activité n’apparaît même pas dans l’annuaire de Yahoo France, alors qu’elle est aussi présente en France que partout ailleurs !

Cette particularité bien française relève des rapports ambigus et conflictuels que les Français ont toujours entretenus avec l’argent. Il faut remonter loin pour comprendre le pourquoi de cette problématique. Citons Jacques Marseille (Qui était, entre autre, ok pour une allocation Universelle Mensuelle de 750 €. (Chose qui malheureusement ne se fera pas avec François Hollande. Main dans la main avec les banquiers ils préfèreront vous piquer votre fric plutôt que vous en donner. Impôts, taxes etc. «Comprendre …» )

Un peu d’histoire donc :

« Sous l’Ancien Régime les élites aristocratiques pouvaient posséder de l’argent – par leurs propriétés foncières, mais le gagner était réservé aux « vils marchands et bourgeois ». Travailler pour gagner de l’argent, c’était déroger, à la différence de l’aristocratie anglaise qui maniait la charrue et cherchait à gagner en productivité. La Révolution française a transformé le service du Roi en service de l’Etat. Un service qui doit, lui aussi, être désintéressé ». Être noble, au sens éthique du terme, ne peut donc pas s’identifier au désir de gagner de l’argent. D’où cette hostilité culturelle, bien française, qui laisse malheureusement encore des traces bien tenaces.» Tout est dit !

La même chose en Vidéo : Les Français et l’argent au cours de l’histoire par Françoise Chatel de Brancion. A écouter jusqu’au bout car Extrêmement Intéressant ! (Vous allez vite comprendre …)

Citation entendu dans la vidéo ci-dessus : […] L’état les a convaincu que l’acquisition de l’argent est dévalorisante, hormis quand c’est à son service. La caste des hauts fonctionnaires ne fait que remplacer encore une fois la caste des Nobles de l’ancien Régime. […]

Pourtant le Marketing de Réseau est une activité qui, lorsqu’elle est bien pratiquée, présente beaucoup d’intérêt. Les avantages du marketing de réseau par rapport aux activités traditionnelles sont nombreux, et les chances de gagner beaucoup d’argent sont réelles. La revue américaine Success a récemment désigné le MLM ou Marketing de Réseau comme l’industrie qui produit le plus de millionnaires en dollars aux Etats-Unis ! C’est peut-être pour ça qu’on ne l’apprécie guère dans un pays où il est de mauvais goût de gagner de l’argent…

Des dizaines de milliers de foyers en France vivent de cette activité. Ils vendent des produits dont le rapport qualité-prix est souvent supérieur aux produits du commerce traditionnel, grâce aux économies réalisées en publicité et marketing. Il est grand temps d’arrêter de stigmatiser une profession respectable, et qui plus est, en plein essor. Et oui le marketing de réseaux va créer les prochains millionnaires !

LES FRANÇAIS ET L’ARGENT : (Document)

Documentaire présenté à l’Auditorium de la Bibliothèque de l’Abbé Grégoire. Présentation d’Alain PLESSIS, professeur émérite à l’Université Paris X Nanterre. L’Institut National de l’Audiovisuel a lancé depuis 1999 un vaste plan de sauvegarde des 600 000 heures de télévision qu’elle possède en archives. Mme. Joëlle Olivier, chef des projets culturels de l’I.N.A. proposait différents documentaires et fictions sur « l’argent » pour illustrer le propos des Rendez vous de l’Histoire dont un documentaire de 44 minutes sur « Les Français et l’argent » diffusé le 16/09 1975 sur TF1 après l’éclatement de l’O.R.T.F. dans le cadre d’une série d’émissions proposées par Pierre Dumayet depuis 1974 : « Histoire des gens ». Le support et la présentation de ce documentaire ont vieilli mais on peut en tirer des informations pertinentes.

Le documentaire se présente comme un dialogue avec une démarche pédagogique entre Pierre DUMAYET, formidable médiateur de la télévision ( « Lecture pour tous », « Cinq colonnes à la Une » ) et l’un des grands maîtres de l’histoire économique : Jean BOUVIER sur l’histoire des banques et les relations entre les Français et l’argent depuis le XIX° siècle.

L’interview de Jean Bouvier prend appui sur ses souvenirs d’école, notamment, ce qu’il avait retenu de son livre du primaire « Le Tour de France par deux enfants », paru la première fois en 1876 chez Belin et tiré à 8 millions d’exemplaires jusqu’après la seconde guerre mondiale . Dans ce livre de lecture, on pouvait lire des principes de morale tels que « l’agriculture fait la richesse d’un pays », « Si tu es honnête, laborieux, aie confiance dans l’avenir » ou encore « Un homme courageux compte sur son salaire et n’emprunte pas ». Autant d’adages qui valorisent les anciens modes de production et les valeurs morales de l’épargne. En 1975, ce livre pouvait être considéré comme « anticroissance » : Pierre Dumayet demande à Jean Bouvier d’en expliquer les codes.

Jean BOUVIER : il faut comprendre l’attitude des gens du XIX° siècle face à l’argent et à la banque et voir comment cette perception a évolué jusqu’à nos jours :

1°) Au XIX° siècle, le Franc est stable « un sou est un sou », ce qui favorise l’épargne.
2°) Néanmoins, entre la première moitié du siècle et la seconde, on passe de la pénurie monétaire (peu de métal précieux et peu de banques) à une monnaie plus abondante.
3°) Par contre, on compte encore sur la monnaie métallique et sur le billet de banque pèse une malédiction (on se souvient de l’affaire de Law).
4°) Devant les risques de chômage, d’accident, la vieillesse qui ne sont pas couverts, il faut économiser toute sa vie : l’épargne est donc nécessaire.

Pierre DUMAYET : Mais qui peut épargner à cette époque ?

Jean BOUVIER : il faut observer les inventaires après décès et sur 5 grandes villes françaises, on pouvait remarquer :

1°) l’extrême concentration des fortunes : à Paris en 1911, les plus petites fortunes ≤ 3 000 francsor représentaient 42% du nombre des fortunes mais n’aggloméraient que 0,34% du total des fortunes tandis que les fortunes ≤ à 10 000 francsor qui en représentaient 20% en nombre aggloméraient 94% du total des fortunes.

2°) l’aggravation des écarts sociaux entre 1857 et 1908.

L’écart absolu et l’écart relatif restent identiques mais le nombre d’indigents ne baisse pas.

En 1870, un notaire qui avait une grosse fortune évaluée à 562 000 F avait sur cette somme un poste à 140 000 F représenté par des « créances sur divers » : il s’agissait des placements traditionnels bourgeois, la notaire octroyait des prêts personnels avec intérêts usuraires (10 à 20%) (cf. Balzac).

Pierre DUMAYET : En 1890, Zola écrit « l’Argent » et ce livre fait référence à la faillite de la banque de l’Union générale en 1882, pouvez-vous nous expliquer ce scandale ?

Jean BOUVIER : la faillite de l’U.G. est banale au début mais très vite, elle entre dans le débat politique. La banque d’affaires était née en 1878, créée par un alpin catholique et monarchiste. Cette initiative avait une base idéologique : il voulait trouver des clients parmi les notables antirépublicain.

En 1882, l’Union Générale a été « assassinée » financièrement par la banque juive ; l’affaire de la faillite de l’Union Générale a servi d’aliment à l’antisémitisme, l’extrême droite a vu là la preuve de l’action néfaste du monde de la banque juive.

Pierre DUMAYET : quelles sont les grandes affaires aux XIX° siècle ?

Jean BOUVIER : les placements d’argent ont évolué :

1°) dans les années 1820-30, les titres dominants sont les rentes d’Etat, ce sont des emprunts étrangers.
2°) dans les années 1840-50, démarrage de la vie boursière avec les actions de chemins de fer, on se rue sur les actions et obligations.
3°) sous le Second Empire, c’est le temps des titres sidérurgiques ou des mines de fer et à la fin du siècle, ce sont encore les rentes d’Etat (en 1888, la Bourse de Paris est submergée par les Emprunts russes). Néanmoins, avant 1914, la plus grande partie de l’argent est investi en immeubles locatifs.
4°) à présent la mécanique est la même mais les intervenants sont les investisseurs institutionnels (Assurances, SICAV, banques) qui sont capables d’influencer nettement les cours. Ils n’agissent pas en ordre dispersé mais en groupes financiers et le plus gros est la Caisse des Dépôts et Consignations, organisme d’Etat.

Pierre DUMAYET : Vous nous montrez un opuscule de 1862 du directeur du Comptoir National d’Escompte où il est écrit « partout l’argent subit un temps d’attente pendant lequel, il ne sert à rien »…

Jean BOUVIER : La banque veut saisir cet argent pour le rendre actif c’est pourquoi le Crédit Lyonnais avait ouvert en 1873 des agences dans le beaujolais, il s’agissait de ponctionner l’épargne des vignerons. Mais à cette époque, le commerçant ne domiciliait pas ses dettes chez le banquier, il payait lui même publiquement ses dettes et ce sont les encaisseurs de la Banque de France eux mêmes qui venaient « honorer » les traites au domicile du commerçant (recouvrement des effets) car il avait peu confiance dans les banques par actions qui paraissait dangereuse à cause de la faillite ; cet état d’esprit a disparu après 1932-33 et quand les banques de dépôt se sont mises à faire de la publicité.

La discussion qui s’engage ensuite entre le public et Alain Plessis lui permet de présenter Jean BOUVIER, économiste d’abord marxiste qui avait évolué et prônait à la fin de sa vie plus d’éclectisme en économie et lui permet de répondre à une question concernant l’idée que l’on se fait des banques juives : il n’y a pas de liste des banquiers au XIX° mais on peut supposer qu’il y avait autant de banques protestantes, juives ou catholiques mais chez les catholiques, lorsqu’on avait fait fortune, on s’arrêtait et on faisait des placements immobiliers ce qui fait qu’il y a eu à un moment une surreprésentation des banques juives qui elles, continuaient à faire fructifier l’argent avec une solidarité de la communauté qui assurait la pérennité des affaires. Il a résumé aussi le parcours des banques : simples coffres forts au XIX° puis prêteuses d’argent mais seulement aux Etats et entreprises puis, au moment des Trente Glorieuses, développant le crédit à la consommation pour un public beaucoup plus large :« votre argent m’intéresse » disait alors la publicité. (Sources …)

Ps : Quoi qu’on en dise, vu la conjoncture actuelle, le désastre économique dans lequel les états et les gouvernements européens se trouvent. Il est donc de bon sens, non sans mal, de penser et de compter que sur Soi. Vu sous l’angle de l’intelligence il est donc évidemment opportun de penser que le Marketing de Réseau à toutes ses chances, autant en France, qu’en Europe ou dans le monde. La nouvelle économie, aujourd’hui, elle est là ! En Savoir plusAller plus Loin

Si vous le souhaitez vous pouvez apporter à cet article votre contribution en commentaire ci-dessous 😉

  • Digg
  • del.icio.us
  • Reddit
  • Scoopeo
  • Facebook
  • MisterWong
  • Twitter
  • Google Bookmarks
  • Live
  • MySpace
  • Diigo
  • FriendFeed
  • LinkedIn
  • Identi.ca
  • viadeo FR
  • email
  • Netvibes
  • Wikio FR

Argent Internet

lespacearcenciel.com

↑ Grab this Headline Animator



Commentaire

  • Comment de lespacearcenciel

    Posté le 23 septembre 2012 @ 3:10

  • ”

    Bien dit !

     » […] Nous avons une histoire judéo-chrétienne impossible à nier. La religion culpabilise les fidèles pour tout et n’importe quoi et la branche catholique romaine chante bienheureux les pauvres. Ce phénomène marque les peuples presque jusque dans les gènes. Chers fidèles, si les pauvres sont heureux, le pape doit être extrêmement malheureux. Ouvrez les yeux : la réussite pécuniaire est un constat. Ce n’est pas mieux ou pire ni une qualité ou un défaut. Sommes-nous capables de simplement apprécier le beau sans nous sentir diminués personnellement par rapport à l’autre ? » […] Lire l’article au complet



    Laisser un Commentaire





    (Pensez à Personnaliser votre avatar !)


    *