lespacearcenciel.com

lespacearcenciel.com changer de vie grâce à Internet :-)

Le Futur est Ici : Argent Internet

Entries Comments



J-L Mélenchon chez J-J Bourdin 16 Avril 2012

16 avril, 2012 (14:01) | Politique | By: lespacearcenciel

J-L Mélenchon chez J-J Bourdin 16 Avril 2012
A écouter en URGENCEEXCELLENTISSIME 🙂

Jean-Luc Mélenchon chez J.J Bourdin RMC/BFM TV

« La création du Parti de Gauche (PG) répond à la nécessité de redonner des perspectives à la Gauche. Il s’agit d’apporter des réponses à la crise du capitalisme et à la catastrophe sociale, écologique et démocratique qu’elle entraîne en changeant radicalement de société. » Peut-on lire en description sur le compte Dailymotion du Parti de Gauche. Je vous encourage vivement à écouter « ci-dessous » cet excellent interview.

Plus de Vidéos

A lire également la Note plus que remarquable que J.L Mélenchon a écrit sur son blog en date du 15 avril 2012. A vous ensuite de faire le bon choix, en votant dimanche prochain pour le seul programme servant au mieux les intérêts du Peuple 🙂

*********************

  • Digg
  • del.icio.us
  • Reddit
  • Scoopeo
  • Facebook
  • MisterWong
  • Twitter
  • Google Bookmarks
  • Live
  • MySpace
  • Diigo
  • FriendFeed
  • LinkedIn
  • Identi.ca
  • viadeo FR
  • email
  • Netvibes
  • Wikio FR

Argent Internet

lespacearcenciel.com

↑ Grab this Headline Animator



Commentaire (FERME)

  • Comment de lespacearcenciel

    Posté le 17 avril 2012 @ 12:44

  • ”

     

    Introduction du Programme du Front de Gauche « L’Humain d’abord ».

     

    Oui c’est possible. L’humanité a déjà surmonté de nombreuses catastrophes. Derrière la crise du système capitaliste qui se déroule sous nos yeux, il y a la possibilité d’un monde meilleur. Nous devons la saisir. Elle est à notre portée. Encore faut-il que nous le décidions. La catastrophe écologique, l’explosion des inégalités, de la précarité et de la pauvreté, les violations répétées de la démocratie, le refus de rapports humains fondés sur la solidarité et la coopération, tout ceci a une cause dont l’action humaine peut venir à bout. Tous ces maux trouvent leur commune origine dans la caractéristique essentielle de notre époque : la domination sans partage du capital financier sur le monde. Or cette domination en apparence inébranlable est en réalité d’une grande fragilité. Car elle dépend tout entière de choix politiques que les peuples peuvent inverser. Affrontons la finance et nous retrouverons rapidement un avenir.

     

    C’est ce que nous proposons dans ce programme. Nous n’avons pas attendu pour cela la crise des subprimes, les paniques boursières de l’été 2011 et les diktats adressés par la Banque centrale européenne, instance non élue, aux gouvernements souverains de l’Union européenne. Ensemble, nous avons combattu la réforme des retraites que Sarkozy justifiait déjà par les exigences des marchés financiers. En 2005, nous avons mis en échec l’arrogance des puissants qui voulaient graver dans une Constitution européenne la suprématie des marchés. N’avions-nous pas raison face à ceux qui prétendaient que le traité de Lisbonne allait accoucher d’une Europe qui protège, dotée d’un «leadership» enfin solide ? Chacun ne voit-il pas aujourd’hui que leurs promesses étaient mensongères ?

     

    Nous avions raison mais notre vote a été piétiné. Car ce sont désormais les « marchés financiers » auxquels les gouvernements confient la réalité du pouvoir. C’est leur tyrannie qui jette le monde entier dans la tourmente, réclamant aux peuples des sacrifices toujours plus grands afin qu’ils règlent les montagnes d’argent virtuel qu’ils ont amassé. Tel est le résultat concret des politiques néolibérales qui n’ont pas cessé malgré la crise. Les gouvernements européens veulent aller plus loin dans ce sens en intégrant dans la loi fondamentale des États l’objectif de l’équilibre budgétaire, ce que Nicolas Sarkozy appelle « la règle d’or ». Si une telle disposition était intégrée dans la Constitution française, les prétentions des détenteurs de la dette s’imposeraient à nos représentants élus.

     

    Le problème est donc politique. Tout comme la noblesse de 1789 ne pouvait rompre avec l’Ancien Régime, le capitalisme financier est incapable de sortir d’un système qui le gave de privilèges. Pour résoudre la crise, il faut reprendre le pouvoir. Pour en finir avec l’insécurité sociale générée par le règne du profit, pour que le respect de l’écosystème menacé par le réchauffement climatique et la destruction de la biodiversité prime sur les exigences du court terme, pour que les lois adoptées visent à satisfaire l’intérêt général plutôt que l’avidité insatiable de quelques uns, il faut que soient élus des dirigeants qui ne dépendent d’aucune manière de l’oligarchie financière et que le peuple, à la faveur d’une Sixième République, exerce le pouvoir pour de bon. Il faut une révolution citoyenne.

     

    Déjà des révolutions se développent sur plusieurs continents, en Amérique latine, dans les pays arabes… Le leadership que se sont octroyé les États-Unis est contesté de toutes parts. Des jeunesses se lèvent, indignées. Les bourses, les marchés financiers sont mis en cause, y compris par les « chefs d’État » qui leur ont donné tant de pouvoirs !

     

    Alors nous, en France, faisons aussi place au peuple. Un rendez-vous arrive qui peut en être l’occasion. Dans cette période exceptionnelle, la présidentielle et les législatives de 2012 seront bien davantage qu’une énième échéance électorale. Et quand le peuple tout entier sera appelé à exercer sa souveraineté et dire où il voit l’intérêt général, il peut ouvrir le premier acte de cette révolution citoyenne.

     

    Ce programme veut y contribuer. Non pas comme un recueil de solutions toutes faites. Nous sommes dans un de ces moments de l’histoire où seule l’intervention directe du plus grand nombre peut réinventer l’avenir. Mais comme un outil visant à rendre majoritaires deux convictions qui peuvent tout changer.

     

    Premièrement, il faut rompre avec les politiques suivies par les gouvernements au pouvoir ces dernières décennies. Bien sûr, il y a eu des différences entre la politique des gouvernements de droite et celle des gouvernements de gauche.

     

    Mais il y a aussi eu malheureusement des points communs : la croyance dans la construction actuelle, libérale, de l’Union européenne, la volonté de réduire le « coût du travail », le démantèlement des services publics, le refus d’affronter les banques et les marchés financiers. Ces dogmes continuent d’être répétés par les partis et médias dominants. Ils sont appliqués avec aveuglement par des gouvernements et des institutions internationales, Union européenne, FMI, OMC, Banque centrale européenne, dirigées indifféremment par des membres du PS ou de l’UMP.

     

    Nous vous proposons de rompre avec ces principes qui nous ont menés dans l’impasse, en imposant par votre vote d’autres idées, d’autres institutions et d’autres représentants.

     

    Deuxièmement, nous connaissons le point d’appui à partir duquel reconstruire : l’humain. La richesse d’un pays réside dans le travail humain, dans la capacité de ses femmes et de ses hommes à s’associer librement et à créer, à inventer, à produire. Le titre de notre projet, L’humain d’abord, n’exprime pas simplement une préférence morale, il dit aussi notre stratégie contre la crise. En refusant la domination du capital financier sur le travail, en luttant contre la précarité, en garantissant à chaque personne le droit de se soigner, de s’éduquer, de se loger et de travailler, nous protégeons et accroissons les forces créatrices qui refonderont notre pays et aideront demain à changer le monde.

     

    Dans l’ordre politique aussi, nous plaçons l’humain, les citoyens d’abord. Là encore ce n’est pas simplement par conformité avec nos idéaux démocratiques. C’est aussi une condition nécessaire pour sortir de la crise. Face à la domination des marchés financiers qui soumet nos sociétés aux intérêts d’une petite oligarchie, nous avons besoin de la souveraineté du peuple, seule à même de viser l’intérêt général. Pour abolir les privilèges de notre temps, il nous faudra assumer puis remporter la confrontation avec la finance. La condition première de notre succès sera la mobilisation des femmes et des hommes, la construction de nouveaux rapports de forces favorables aux travailleurs et aux citoyens.

     

    L’humain d’abord, toujours.

     

    Le Front de Gauche est justement né de l’exigence de réinventer la gauche en s’appuyant sur l’implication populaire. En créant le Front de Gauche, les militants des partis et des formations qui le composent – il y en a six désormais (Gauche unitaire, Parti communiste français, Parti de gauche, Convergences et alternative, Fédération pour une alternative sociale et écologique, République et Socialisme) – ont bousculé leurs habitudes et se sont unis afin de se mettre à la hauteur de ce moment exceptionnel.

     

    Nous aspirons à bouleverser radicalement la vie politique de notre pays. Nous voulons que les classes populaires retrouvent leur place alors que ce régime devient de plus en plus censitaire. Nous voulons bousculer la donne à gauche.

     

    Nous voulons que la volonté inflexible de résister à la finance devienne majoritaire à gauche et dans le pays. C’est la condition pour qu’un gouvernement de gauche fasse du bon travail et ouvre une issue à la crise. C’est la condition pour battre durablement Sarkozy, la droite et l’extrême droite.

     

    Ce programme est le fruit de nos réflexions mais aussi celui de forums publics tenus dans tout le pays. À l’image du Front de Gauche, c’est un cadre général ouvert à l’implication populaire. Il présente les grandes lignes dont nous voulons débattre pour éclairer le choix que chaque citoyen aura à faire en 2012. Des ateliers législatifs avec toutes celles et tous ceux qui le souhaitent vont permettre de le compléter, de le renforcer et de le traduire en mesures législatives encore plus précises. Ce livre aspire en premier lieu à être enrichi, discuté, contesté même. Il veut provoquer et nourrir le débat politique sans lequel il n’est pas de démocratie adulte, condition d’un peuple émancipé. Lire la Suite du Programme

  • Comment de lespacearcenciel

    Posté le 19 avril 2012 @ 15:19

  • ”

    « Depuis deux jours la campagne marche au rythme d’une boule puante par jour contre moi. Lundi c’était la remise de légion d’honneur de Patrick Buisson. J’y étais. Donc cela prouverait ma connivence avec l’Elysée. A l’origine de cette « révélation » le « Nouvel observateur » et son journaliste d’investigation mondaine Maël Thierry. En fait une commande du PS. Reprise au détour d’une phrase par Jean-Jacques Bourdin qui ne m’avait pas habitué à ce genre de procédé, cette sottise tournera en boucle jusqu’à ce que le communiqué de François Delapierre mette les pendules à l’heure. Jusque-là aucun des « journalistes » qui répétaient comme des perroquets la trouvaille n’avait poussé la curiosité jusqu’à se demander ce que valait cette « information ». Cette remise de décoration a eu lieu il y a quatre ans ! Personne ne le dit. A l’époque Buisson était journaliste et pas conseiller officiel de Sarkozy. Pas un mot sur ce détail. Je polémiquais régulièrement avec lui dans l’émission « politiquement show » de LCI. Personne ne le saura. Je suis donc allé par pur « fair-play » à l’égard d’un adversaire. Je ne suis pas le seul. Jean-Christophe Cambadélis, pour les mêmes raisons, s’y trouvait aussi. Mais à lui, on ne demande rien. A moi non plus, ni à aucun élu car nous assistons à de très nombreuses remises de légion d’honneur à des gens de toutes opinions. Moralité : ne fréquentez aucun journaliste jamais à aucun propos. Le risque est trop grand de le retrouver un jour ou l’autre conseiller du prince. Ou vivant avec un de ses ministres. Ce qui me révulse dans cette affaire c’est que cela parte de ce petit monde qui passe sa vie en déjeuner en ville, vacances communes et plus si affinité. Que ceux-là viennent me provoquer à propos d’une mondanité qui remonte à quatre ans, me donnerait des envies de ripostes si je n’avais mieux à faire ces jours-ci.

    Le mardi la journée a commencé avec une photo de moi en compagnie de Bachar El-Assad ! Cette nouvelle « révélation » a transité une nouvelle fois par les « journalistes » du Nouvel Observateur. En fait, en tant que ministre de Lionel Jospin, et sur sa consigne, j’ai été chargé de raccompagner El-Assad à son avion comme c’est le protocole républicain. Nul choix de ma part. Juste un tour de rôle dans le tableau des ministres qui chaque jour ou semaine doivent accueillir ou raccompagner des chefs d’Etat. L’intention malveillante est donc tout à fait évidente. Je suis donc très en colère. Et, du coup, la mémoire me revient de gens que j’ai croisé dans ces occasions officielles. Mais ceux-là étaient là par choix. Ça me revient ! Quand je suis aussi allé chercher Abdelaziz Bouteflika à l’Hôtel Marigny, j’ai dû attendre la fin de sa conversation avec Jean Daniel, le patron du « Nouvel Observateur ». L’un et l’autre sont sortis ensemble et ont descendu les escaliers en se tenant par la main. Jean Daniel était ému aux larmes et rouge comme un premier communiant devant une gourmandise ! Il y a plein de photos de cette scène émouvante. On les regarde ? Quelqu’un veut d’autres souvenirs ? Les tireurs de ficelles qui orchestrent ces petites bassesses feraient bien de s’occuper de l’extrême-droite ! J’invite aussi la direction du « Nouvel Observateur » à s’occuper de l’extrême-droite, au lieu de venir me salir chaque matin. Mais peut-être est-ce trop demander à Laurent Joffrin que de s’attaquer à des gens avec qui il a passé de si joyeuses vacances. Et il y a aussi des photos ! » Lire la Suite


    Par Respect de Votre Vie Privée
    Les Commentaires sont Clos !
    (Merci de Votre Compréhension)

    (FERME)

    (FERME)

    (FERME)


    (Pensez à Personnaliser votre avatar !)


    *